Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

ENCRE NOIRE. RECETTE N° 3.

Nom usuel : Encre végétale.
Nom vernaculaire : Du latin: atramentum.
Domaine : Végétal

Manuscrit source : Diversarum Artium schedula. Essai sur divers Arts
Auteur : THÉOPHILUS (RUGERUS)

RECETTE DE L'ENCRE.

Pour faire de l'encre coupez du bois d'épines en avril ou en mai, avant qu'il y ait des fleurs ou des feuilles ; faites-en de petits fagots, que vous laisserez couchés à l'ombre pendant deux, trois ou quatre semaines, jusqu'à ce qu'ils soient un peu secs. Ayez ensuite de petits maillets en bois avec lesquels vous broierez sur du bois dur ces mêmes épines, jusqu'à ce que vous ayez enlevé entièrement l'écorce que vous jetterez aussitôt dans un tonneau plein d'eau ; lorsque vous aurez ainsi rempli d'eau et d'écorce deux, trois, quatre ou cinq tonneaux, laissez le tout reposer pendant huit jours, jusqu'à ce que l'eau se soit emparée de tout le suc de l'écorce. Après cela mettez cette eau dans une marmite très propre ou dans 
une chaudière, placez sur le feu et faites cuire. De temps en temps jetez de l'écorce dans la chaudière, afin d'en exprimer tout le suc, par la cuisson, si par hasard, il en reste encore. Lorsque cette écorce aura trempé quelque temps dans l'eau, jetez-la et mettez-en d'autre ; cela étant achevé, faites chauffer l'eau, jusqu'à ce que elle se réduise d'un tiers ; passez-la alors dans une chaudière moins grande, et faites cuire jusqu'à ce que l'eau commence à noircir et à s'épaissir, évitant de ne point ajouter d'eau, excepté de celle qui contient le suc. Lorsque vous la verrez s'épaissir, ajoutez un tiers de vin pur, mettez dans deux ou trois chaudières nouvelles, faites cuire jusqu'à ce que vous aperceviez une espèce de peau se former à la surface. Ôtez ensuite les chaudières 

 du feu, mettez-les au soleil, jusqu'à ce que l'encre noire se purifie d'une espèce de lie rouge. Prenez ensuite de petits sacs de parchemin, soigneusement cousus, ainsi que des vessies ; versez-y l'encre pure, et suspendez-les au soleil, jusqu'à ce que l'encre soit complètement sèche. Lorsqu'elle sera sèche, prenez-en ce que vous voudrez, mêlez avec du vin, sur des charbons, et après y avoir mêlé un peu de noir, servez-vous en pour écrire. S'il arrive, par suite de négligence, que l'encre ne soit pas assez noire, prenez du noir de la grosseur d'un doigt, mettez-le sur le feu, laissez-le s'enflammer, et jetez-le aussitôt dans l'encre. 
FIN DU Ier LIVRE DE THÉOPHILUS
 

Notes :
Ouvrage dont est tirée la recette :
Dictionnaire d'Archéologie Sacrée. (M. J. J. Bourassé).Tome deuxième, publié par M. L'abbé Migne, éditeur aux ateliers catholiques, rue d'Amboise, au Petit-Montrouge, barrière d'Enfer de Paris.1851

Télécharger la fiche n° 112. ENN01. NOI-01
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures