Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

COULEURS DE CHAIR - CARNATIONS. RECETTE N° 2.

Nom usuel : Couleurs de chair ou carnations.
Nom vernaculaire : Charnure.
Domaine : Végétal / Minéral
Broyage : Selon recette.
Détrempe : Selon recette.

Manuscrit source : L'Art d'Enluminure Traité du XIVe siècle traduit du latin avec des notes tirées d'autres ouvrages anciens et des commentaires
Auteur : LOUIS DIMIER

Pierre de Saint-Omer, Jehan Lebègue et Théophilus sont entrés dans de grands détails au sujet de la carnation, nommée chez eux incarnatura ou charnure. Une couleur nommée membrane en fait le fond, à quoi se joignent le posc, la lumine et l'excèdre.

RECETTE DE LA COULEUR MEMBRANE. (Pierre de Saint- Omer).
On la fait de rouge ou vermillon, et de blanc ou céruse. Et qui n'aurait pas de vermillon, pourrait la faire de minium et de blanc mêlés en quantité convenable au degré de rougeur et de pâleur qu'il veut donner à ses figures. Et parce que la couleur verte y convient aussi, y ajouter un très petit peu de vert, plus ou moins selon l'effet qu'on se propose. 

RECETTE DE LA MEMBRANE. (Théophilus). 
Théophile l'obtient de céruse cuite jusqu'à ce qu'elle tourne au jaune, qu'on broie avec la céruse commune et le cinabre. 

RECETTE DU POSCH PREMIÈRE ESPÈCE. (Théophilus). 
Recette citée dans l'ouvrage l'Art d'Enluminure: auteur Louis Dimier. 
Lorsque vous aurez composé la couleur de chair, que vous en aurez couvert les visages et les corps nus, mêlez du vert foncé et du rouge, qui s'obtient par la combustion de l'ocre, puis un peu de cinabre, et faites le posch, avec lequel vous indiquerez les sourcils, les yeux, 
les narines, la bouche, le menton, les fossettes autour des narines, les 

tempes, les rides du front et du cou, le pourtour de la face, les barbes de jeunes gens, les articulations des mains et des pieds, enfin tous les membres qui ressortent dans un corps nu. 

DU POSC PREMIÈRE ESPÈCE ou DEMI-OMBRE. (Théophilus).
Cette recette se trouve dans la version la plus complète du manuscrit De Diversis Artibus seu Diversarum Artium Schedula répertorié au British Museum, elle est reprise dans l'ouvrage de M. Robert Hendrie. 
Lorsque vous aurez préparé la couleur de chair, et que vous en aurez couvert les figures et les parties nues du corps, mêlez ensemble du vert foncé et du rouge, que l'on obtient en chauffant de l'ocre, avec un peu de cinabre, et composez-en le posc. Avec cette 
dernière couleur, vous indiquerez les sourcils et le yeux, les narines et la bouche, le 
menton et les fossettes autour des narines, les tempes, les rides du front et les plis du cou, l'ombre qui fera tourner le visage, la barbe des jeunes gens, les articulations des mains et des pieds, tous les membres, enfin, qui ressortent dans un corps nu. 

TECHNIQUE DE LA LUMINE. (Théophilus). 
Théophilus ajoute les traits subtils autour des yeux et sous les tempes, le dessus du menton, les commissures du nez et de la bouche des deux parts, le 
dessus du front, l'entredeux des rides du front, le milieu du cou, la jointure des mains et des pieds en dehors, et toutes les rotondités des mains des pieds et des 

 bras dans le milieu. 

DU ROSE PREMIÈRE ESPÈCE. (Théophilus).
Mêlez à la simple couleur de chair un peu de cinabre et de vermillon; faites la couleur qui est appelée rose. Vous en rougirez légèrement les deux mâchoires, la bouche, le bas du menton, le cou, les rides du front, le front même au-dessus des tempes des deux côtés, le nez dans sa longueur, le dessus des narines des deux côtés, les articulations et les autres membres dans le corps nu.
 

Télécharger la fiche n° 142. TEC01.PEI 06.
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures