Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

ROUGE DE BOIS DE BRAISE. RECETTE N°1.

Nom usuel : Bois de braise, brésillet.
Domaine : Végétal
Origine géographique : Indes orientales, puis plus tard Indes occidentales.
Principe colorant : Brésiline.

Manuscrit source : L'Art d'Enluminure
Auteur : CHARLES LETONNELIER

DU BRÉSIL LIQUIDE ET COULANT POUR FAIRE LES OMBRES.

Prenez de ce bois autant qu'il vous faut, ratissé comme dessus, et si vous avez de la graine dont il a été parlé et que vous vouliez vous en servir, joignez-l'y. Sinon mettez votre brésil tout pur dans un pot vernissé, où vous le recouvrirez de blanc d'oeuf bien rompu à l'éponge1. Veillez à ce que le brésil soit couvert entièrement. Il rendra en s'amollissant le suc qu'il contient. Laissez-le ainsi deux ou trois jours. D'autre part, ayez un peu d'alun de sucre ou de roche, demi-once environ, où vous mêlerez de brésil gros comme deux ou trois fèves, fondant le tout ensemble dans l'eau gommée. La drogue ainsi obtenue sera versée dans le vase où reposent le brésil et le blanc d'oeuf, et où vous laisserez le tout encore un jour. Alors passez le tout 
par un linge de lin dans une terre vernissée bien large, surtout du fond, et le laissez sécher. Quelques uns, pour aller plus vite, le mettent à sécher sur une pierre de porphyre. Mettez-le de côté ensuite, et quand vous en voudrez user, voici comme il vous faudra faire. Vous en prendrez un peu, ou ce qu'il vous faudra, vous ferez usage pour le recevoir d'un petit pot vernissé ou d'une coquille, vous l'y détremperez d'eau, puis vous ajouterez de l'eau de miel prise en petite quantité, avec le manche du pinceau, juste autant qu'il sera nécessaire pour que la couleur ne se fende pas quand vous vous en serez servi pour peindre et qu'elle aura séché. Si le mélange ne vient pas bien, et que trop d'eau rende la couleur terne, il faut forcer la quantité soit de blanc d'oeuf, soit d'eau de gomme; mais le meilleur est d'user de blanc d'oeuf. Que le miel

 ne soit pas en trop grande quantité, parce qu'il gâte la couleur. Il faut aussi ne pas trop détremper, de peur d'emporter les couleurs déjà mises sur lesquelles vous aurez à repasser, et c'est l'inconvénient qu'on a pour but de prévenir (comme chacun sait) en introduisant l'eau de miel. Et je mets surtout ici ces indications pour mémoire, parce que plusieurs en travaillant ont le tort de n'y pas prendre garde, quoique ils les sachent. Pour ce qui est de la laque, je n'en parle pas. Je m'en remets à cet égard aux peintres.  

Notes :
1- Clara ovorum bene fracta cum spongia.
Jean Lebègue le dit en français dans son ouvrage intitulé: Liber magistri Petri de Sancto Audomaro de coloribus faciendis, p. 110. L'opération est décrite chapitre XV.

Télécharger la fiche n° 022. CNA01. ROU-04
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures