Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

BLEU OUTREMER. RECETTE N° 1.

Nom usuel : Lapis-lazuli, outremer, ultramarinum.
Nom vernaculaire : Azur d'Acre, pierre d'azur.
Origine du nom : Du latin lapis signifiant pierre et lazuli signifiant azur, génitif du latin médiéval lazulum, emprunt de l'arabe populaire lâzurd, de l'arabe classique lazaward, emprunt au persan lâzward dont est issu azur.
Domaine : Minéral
Origine géographique : Afghanistan région du Pamir, mines de Kokcha et de Sar-e-Sang, vallée du Badakhstan.
Principe colorant : Lazurite.
Formule chimique : (Na8 [Al6 Si6 O24] [SO4, S, Cl] x).

Manuscrit source : Traité de mignature pour apprendre aisément à peindre sans maistre, avec le secret de faire les plus belles couleurs, l'or bruni, et l'or en coquille. 1696.
Auteur : CLAUDE BOUTET- CHRISTOPHE BALLARD

Autres secrets pour faire le carmin et l'outremer de différentes manières, et des laques fines, colombines, des verds, et d'autres couleurs de plusieurs façons, le tout propre pour la mignature.

L'OUTREMER.
Prenez dix onces d'huile de lin, mettez-les dans un plat de terre avec sept ou huit gouttes d'eau commune, mettez cela sur le feu jusques à ce qu'il commence à boüillir, mettez-y une livre de cire blanche vierge, rompüe en petits morceaux: quand la cire sera fondüe, mettez-y une livre de poix grecque, meslez-y quatre onces de mastic en poudre, qui ayt esté fondu auparavant dans un pot à part, avec deux onces de terbentine (sic), et laissez cuire le tout une heure durant, et après laissez tomber cette drogue dans l'eau froide, et quand elle se trouvera mole comme du
beure, elle sera cuite ; si toutefois il s'y trouve encore de petits durillons, ce sera une marque que le mastic ne sera pas assez fondu et alors il faudra remettre la drogue au feu. Le tout étant cuit, mettez du lapis bleu dans un creuset au feu, jusques à ce qu'il soit tout rouge comme le feu même: puis jetez-le dans du vinaigre blanc, il boit ce vinaigre jusques à en crever, et se réduit en petits morceaux lesquels il faut broyer en poudre, puis incorporer cette poudre avec un peu de la drogue susdite, dont il faut prendre le moins qui se peut, et gardez cela ainsi environ quinze jours, après quoi mettez un ais un peu en penchant sur le bord d'une table, il sera bon qu'il y ayt une petite 

 trace ou rigole à cet ais, et sous cet ais un petit vaze de verre, mettez vostre pâte bleüe1 au haut de cette rigole, et au dessus de la pâte, mettez un vaze d'eau qui distille sur la pâte goute à goute, et alors avec un petit bout de bâton poly, vous aiderez à l'eau à détremper cette pâte, en la remuant un peu, et fort doucement. Le premier azure qui s'écoule goute à goute, est le plus beau ; quand il en vient de moins beau après, il faut changer de vaze, pour recevoir ce second bleu, après lequel il en vient encore un troisième qui ne laisse pas de servir. Laissez seicher ces trois sortes d'outremer, puis les ramassez et les mettez séparément en de petits sacs de cuir blanc.  

Notes :
1 - Certains auteurs de recettes ont comparé cette pâte bleue à la boule bleue obtenue avec le pastel et commercialisée sous le nom de cocagne.

Télécharger la fiche n° 030. CNN01. BLE-01
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures