Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

BLEU DE TOURNESOL EN DRAPEAUX. RECETTE N° 1.

Nom usuel : Chrozophora tinctoria Juss. croton tinctorium. Maurelle.
Nom vernaculaire : Croton des teinturiers, tournesol en drapeaux, bleu médiéval.
Domaine : Végétal
Principe colorant : Azolithmine, érythrolithmine, spaniolithmine, éryt

Manuscrit source : Traité complet des propriétés, de la préparation et de l'emploi des matières tinctoriales et des couleurs. 1828.
Auteur : J. CH. LEUCHS

Le croton contient un suc vert qui devient, exposé à l'air, rouge et violet, et qui devient bleu lorsqu'il est exposé aux alcalis. On prépare avec ce suc dans le midi de la France, le tournesol en drapeaux, en trempant dans ce suc des morceaux de chiffons, laissant sécher, et changeant la couleur en bleu par des vapeurs ammoniacales. Pour employer ce tournesol, on dissout la matière colorante dans l'eau. Autrefois on l'employait principalement en Hollande, où l'on en expédiait beaucoup de Montpellier (via le port de Sète), pour teinter les vins, le papier à sucre, l'enveloppe (croûte) de certains fromages. Montet a donné un traité complet sur la préparation de ce tournesol dans le village du Grand-Gallargues à 5 lieues de Montpellier dans les Mémoires de L'Académie de Paris De 1754. 
Les paysans ramassent la plante sauvage du 28 juillet jusqu'au 8 septembre (il est défendu de faire la récolte avant) à 15 et 
20 lieues à la ronde. Ils pressent le jus avant que la plante fermente. On trempe dans le jus, de suite ou après 1/2 heure, des chiffons de lin ou de chanvre lavés, quelquefois on ajoute au suc 1/30 de son volume d'urine pourrie. Le trempage se fait en frottant les chiffons dans le suc comme si on voulait les laver. Après on sèche au soleil (un séchage rapide est nécessaire). Ensuite on les expose à des vapeurs ammoniacales jusqu'à ce que la couleur bleue paraisse. Les vapeurs ammoniacales proviennent d'urine humaine ou du fumier. On remplit 4 semaines d'avance, des cuves de pierre avec de l'urine (aluminados)1 de manière qu'il y en ait de 5 à 6 pouces, on la laisse pourrir et on la mêle avec de la chaux pour l'usage

(5 à 6 livres sur 30 cannes). On met sur la cuve des bois ou des branchages sur lesquels on place les chiffons que l'on retourne de temps en temps pour que les vapeurs puissent agir uniformément. Si on prend du fumier (de cheval ou d'âne) on le met dans un tas dans une écurie, on le recouvre de paille, et on met les chiffons dessus, ou on les met enveloppés de toile entre 2 couches de fumier (une addition de chaux accélérerait le développement de l'ammoniaque). Cependant on emploie rarement le fumier, parce qu'il développe moins d'ammoniaque, et quand on laisse trop longtemps les chiffons, la couleur est détruite; effet que ne produit point l'urine. Les chiffons sont trempés plusieurs fois jusqu'à ce que la couleur soit suffisamment foncée, ces immersions se répètent jusqu'à 4 fois. La cuve avec l'urine est employée longtemps, mais on l'alimente avec de l'urine nouvelle et de la chaux. On la remue toujours avant de remettre les chiffons dessus; quelquefois on la chauffe aussi, d'après Montet. Le village de la Grande-Gallargues, qui a 230 maisons et 1000 habitants, livre au commerce annuellement pour 10 à 12.000 francs de tournesol.

Notes :
1. Aluminados.
Ce nom provient de ce qu'autrefois on ajoutait de l'alun, maintenant on le supprime comme inutile.

Télécharger la fiche n° 044. CNA01. BLE-03
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures