Recettes des encres

Recettes des couleurs

Les Violets

Les Orangés

Les couleurs artificielles

Les Blancs

Les couleurs naturelles
Les couleurs artificielles

Les supports

Traitement du parchemin

Traitements des plumes

Recettes des ingredients additifs

Techniques de peinture

Recettes des dorures

Michel Larroche

ASSIETTE À DORER. RECETTE N° 7.

Domaine : Minéral

Manuscrit source : L'Art d'Enluminure Traité du XIVe siècle traduit du latin avec des notes tirées d'autres ouvrages anciens et des commentaires
Auteur : LOUIS DIMIER

RECETTE DE L'ASSIETTE POUR PLACER L'OR. (Anonyme).

L'assiette pour placer l'or se fait de plusieurs manières. J'en proposerai une qui est bonne et éprouvée. Prenez du plâtre cuit et épuré dont les peintres de tableaux se servent pour mettre l'or dans leurs peintures; ayez en ce genre ce qu'il y a de plus fin, ajoutez-y un quart de bol d'Arménie, et pilez le tout avec de l'eau sur la pierre de porphyre, jusqu'à une extrême finesse. Mettez à sécher sur ladite pierre, et quand ce mélange sera sec, prenez-en ce qu'il vous en faut, en mettant le reste de côté. Pilez ce que vous aurez pris soit dans de la colle cerbuna1, soit dans de la colle de parchemin, en y mêlant de miel ce qu'il faudra pour adoucir la composition. A cet égard vous aurez à faire attention,
parce qu'il n'en faut ni trop ni trop peu, et que cela dépend de la quantité de matière que l'on prépare. Cela peut se connaître au goûter, quand en mettant une parcelle de la composition dans la bouche vous commencerez à la trouver sucrée. On peut dire aussi que pour la quantité contenue au petit pot dont se servent les peintres, il faut deux fois ce que vous pouvez puiser avec le bout du manche du pinceau. En mettre moins serait cause de gâter votre ouvrage. Donc ayant bien pilé le tout, mettez-le dans un pot vernissé, puis versez de l'eau claire par-dessus, doucement, en ayant soin de ne pas remuer la matière, et de façon que l'eau la recouvre. Ce qui s'y trouvera de dérangé, devra être remis en ordre aussitôt, afin que quand la matière séchera, il n'y ait ni vides ni cavernes. Et quand vous voudrez vous

en servir, après un moment écoulé, versez dessus de l'eau assez pour qu'elle coule, sans aucunement remuer la matière. Du reste ne manquez jamais, avant de poser l'assiette où vous voulez qu'elle soit, de l'essayer sur quelque parchemin pareil à celui dont vous voulez vous servir, où vous attendrez qu'elle soit sèche, ensuite vous y mettrez de l'or et vous verrez si le brunissage s'y fait bien. Il pourra se faire que votre assiette ait trop de colle ou trop de miel; vous corrigerez cet excès avec de l'eau pure, que vous verserez dessus dans le vase sans la remuer; ajoutez que l'effet de cette correction sera meilleur si vous avez soin de laisser passer un peu de temps auparavant. Si le mélange au contraire est trop pauvre, vous y remettrez de la colle, c'est-à -dire de l'eau préparée avec la colle comme dessus dit, ou de l'eau de miel s'il faut, selon qu'il conviendra pour que la matière vienne à point. En tout ceci la pratique aide plus que les écrits, c'est pourquoi je crois inutile d'en dire ici davantage. Sapienti pauca.

Notes :
JEHAN LEBÈGUE, définit le plâtre (gypsum) ci-dessus dit, une terre ou pierre cuite au four jusqu'à blanchir, dont on blanchit les tableaux d'autels pour y peindre, ajoute du cinabre.

 
1- Cerbuna
Colle élaborée à partir de bois de cervidés.

Télécharger la fiche n° 075. DOR01. ASS-07
| Manipulations des recettes | Couleurs des enluminures | Glossaire | Tableau de correspondances | Bibliographie |
cliquez sur les vignettes pour voir mes enluminures